Blogmas #4 | Like a Love Story – Abdi Nazemian

Résumé: Actu : 1er décembre – Journée mondiale de lutte contre le sida. New York, 1989.

La ville est tapissée de posters d’Act Up. La communauté homosexuelle vit sous la menace du sida. C’est dans ce climat que trois jeunes vont se rencontrer, s’aimer et vivre l’année la plus décisive de leur vie.
New York, 1989. Reza, 17 ans, d’origine iranienne, vient tout juste d’arriver à New York. Le jeune homme vit dans la peur que sa famille découvre son secret. Un secret qu’il s’admet à peine. Reza pense être gay, et cela le terrifie, car tout ce qu’il connaît de la communauté homosexuelle, il l’apprend aux informations télévisées qui montrent constamment des images d’hommes mourant du sida.
Judy rêve de devenir styliste et porte une admiration sans bornes à son oncle Stephen, atteint du virus du sida. Stephen dédie tout son temps au collectif Act Up, dont il est un membre actif. Art est le meilleur ami de Judy. Il est le seul garçon ouvertement gay de son lycée. Pourtant, chez lui, il subit le rejet brutal de ses parents qui refusent d’accepter son orientation sexuelle.
Quand Reza rencontre Judy et Art, leur vie à tous les trois prend un tournant inattendu entre amour, amitié, trahison et acceptation de soi.


Mon avis: Encore trop peu de romans jeunesse abordent le Sida. Sujet pourtant important de ces 30 dernières années, Abdi Nazemian a décidé de sortir du silence et d’aborder avec beaucoup de réalité et de justesse le sujet dans un New York de la fin des années 80 au bord de l’explosion à cause de la découverte de cette maladie. Je tiens à remercier les éditions Milan pour l’envoi de cette pépite !

Like A Love Story c’est l’histoire de 3 adolescents. Non. En fait ce sont plutôt DES histoires. Celles de vies qui se croisent, qui se trouvent et qui se découvrent. Parmi ces vies il y a Art, Judy et Reza. Mais aussi un oncle, une drag queen, de riches hommes d’affaires, des médicaments hors de prix et beaucoup d’injustice. Ce sont tout un tas d’histoires qui s’entrecroisent et qui laisse peu de place à l’imagination.

Dès le début du roman, on découvre Reza. Cet adolescent timide et pas complètement out, va rapidement faire la connaissance du duo de choc que forment Judy et Art. Et cette rencontre va être le début du renouveau pour le jeune garçon. Il va enfin réussir à s’assumer pleinement. Lui qui n’est pas originaire de ce nouveau pays, de cette ville, New York va pourtant devenir sa ville de cœur. Sa ville des découvertes. Sa ville tout court. Reza va devenir passionné. Par l’amour, par la musique et surtout par un combat qui va devenir le sien : le sida. Il va se battre pour les autres et avec les autres. Si la peur lui broie les organes au quotidien, Reza va pourtant enfin s’assumer aux côtés de ses amis. Ce que j’ai adoré avec Reza ce sont ses origines et son histoires. Parce que faire son coming-out n’est jamais facile. Surtout quand c’est mal vu à cause de la religion. Mais heureusement pour lui, le soutiens sans faille de ses amis va lui donner des ailes.

Et puis il y a Judy. Amie de longue date de Art, elle l’a toujours soutenu dans tout ce qu’il entreprenait. En faisant la connaissance de Reza, elle va avoir un énorme coup de cœur pour lui. Un coup de foudre même. Et si l’amour n’est pas réciproque entre les deux, ils vont pourtant avoir une magnifique relation. Mais la chose la plus importante dans la vie de Judy, c’est son oncle Stephen. Atteint du Sida, il est un exemple de force et de courage au quotidien pour elle. . Elle le considère presque comme un père d’ailleurs. Cette jeune fille à l’avenir brillant, va nous rappeler sans cesse qu’il faut toujours croire en ses rêves et ne jamais rien lâcher. Qu’importe les mur qu’on se prend, qu’importe la violence de certains propos. 

« Je ne sais pas comment je vais faire pour commencer à vivre alors que cette maladie fait rage. Pourra-t-on m’aimer si la seule chose que l’on voit en me regardant, c’est un danger mortel ? »

Enfin, il y a Art. Le petit bijou de ce roman. Une vraie boule de vie. Art se bat tous les jours de son existence contre cette chose terrible qu’est le Sida. Il essaie, par tous les moyens, de montrer qu’il y a pire que ça. Que c’est en se battant et en montrant ses droits qu’ils pourront faire avancer les choses. Malheureusement, la réalité est beaucoup moins jolie et Art va rapidement se rendre compte que c’est n’est pas aussi facile. Heureusement pour lui, il est continuellement soutenu par ses amis et sa famille qui savent les choses les plus importantes à propos de sa vie. Art est un jeune homme courageux et plein d’entrain, qui nous donne une pêche d’enfer et beaucoup d’espoir dès le début.

Aborder le Sida dans cette sombre période de la fin des années 80 était un challenge. Un vrai challenge. Parce qu’on fait face à beaucoup d’authenticité. L’auteur nous plonge dans ces moments difficiles où les traitements étaient inabordables pour la plupart des malades. Mais il y a aussi ces moments de manifestations, ces moments de colères et de cris. Le mouvement ACT UP qui crie haut et fort, depuis la fin des années 80, qu’il faut continuer à se battre pour survivre et faire comprendre que le Sida n’est pas une tare. Que c’est en se soutenant qu’on avance.

Like A Love Story c’est un roman que j’aurai voulu découvrir et lire il y a quelques années. C’est l’histoire de plusieurs vies. De LEUR vie. J’ai été envoûtée dès le début par ces histoires-là. Celles de personnes banales, mais qui vont faire face à des choses qui sont loin d’être des banalités. Avec beaucoup de justesse et de vérité, Abdi Nazemian aborde le Sida. J’ai eu l’impression de me retrouver au milieu de tout ce bazar et de toutes ces manifestations. La voix de Madonna résonnant dans ma tête (ce livre est d’ailleurs parfait avec une playlist 100% Madonna !) et me déplaçant dans les rues de New York entourée de Art, Judy, Reza et les autres. Dès les premières lignes j’ai été transportée loin et je ne voulais plus en sortir. C’était une lecture enivrante et qui restera, j’en suis sûre, dans les mémoires.5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s