Chronique | Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

songe à la douceur

RésuméQuand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer.

Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie


Mon avis: Il y a parfois des lectures qui vous marquent beaucoup plus que d’autres. Les mots, les phrases, les personnages vous prennent aux tripes. Vous font ressentir des choses que vous n’aviez jamais ressentis auparavant.

Songe à la douceur fait désormais partie de ces livres-là Lorsque je l’ai acheté, je n’en attendais rien en particulier. Si ce n’était de découvrir la plume de Clémentine Beauvais. Et pour une découverte, ce fut très certainement l’une des meilleures que j’ai pu faire dernièrement. On plonge dans une histoire d’amour unique. Une histoire d’amour qui vous marque. Une histoire d’amour qui fait à la fois du bien et qui vous brise en mille morceaux. Dans ce roman, on y parle de Tatiana et Eugène. Lorsqu’ils se rencontrent, ils ont respectivement 14 et 17 ans. L’une est timide, dans son petit monde, l’autre est presque majeur et ne court pas après les filles. Tatiana a le coup de foudre. Le vrai. Celui qui ne vous lâche pas d’une semelle. Celui qui vous fait penser à l’être vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. L’amour n’est pas à sens unique. Eugène éprouve aussi des sentiments à l’égard de Tatiana. Mais il y a leur différence d’âge. Et ça, Eugène ne veut pas que ça gâche tout, que ça tourne mal. Alors leur amour, ils le gardent cachés, pour eux et bien au fond de leur petit cœur.

Dix années plus tard, ils se retrouvent. C’est le hasard total. Et il fait parfois bien les choses ce hasard. Les souvenirs refont subitement surface. Tatiana a 24 ans. C’est une jeune femme accomplie, heureuse et satisfaite de sa vie. Eugène, lui, a 27 ans et ne mène pas la vie dont il rêvait. Ces retrouvailles vont leur remémoré l’ancien temps. Celui de l’adolescence, inoubliable et unique. Au fil des pages, on suit Tatiana et Eugène dans leur présent et dans leur passé. De leur rencontre à maintenant. De la naissance de l’amour aux retrouvailles. Mais finalement, sont-ils réellement fait l’un pour l’autre ? Ces retrouvailles sont-elles vraiment le fruit du hasard ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont sincères. Et les deux vont vous marquer j’en suis sûre et certaine.

Songe à la douceur est un roman qui marque, qui vous donne des frissons et des milliers de petits papillons dans le ventre. C’est poétique, réaliste, théâtral et d’une beauté particulière. Les mots glissent comme les doux battements des ailes d’un papillon. Tout ça ne dure qu’un court instant, mais c’est si bon. Songe à la douceur est une histoire enivrante. Clémentine Beauvais nous offre là un roman beau. Un roman qui n’a pas d’autre choix que d’être une réussite. C’est puissant. Et c’est largement un énorme coup de cœur !

Les liens marqués par * sont affiliés, ce qui signifie que je touche une petite commission (de l’ordre de 5%) pour tout achat effectué via ce lien. Le prix de vente ne change pas et vous n’êtes, bien sûr, pas obligés de les utiliser. En revanche, si vous les utiliser, je vous remercie pour votre soutien 😉

5 commentaires sur « Chronique | Songe à la douceur – Clémentine Beauvais »

  1. Superbe chronique qui fait envie ! En plus, j’ai plus ou moins vécu la même chose (sans la différence d’âge), mais avec un amour d’adolescence, le premier, qui finalement, dix ans plus tard a recommencé lorsqu’on s’est retrouvés un peu par hasard aussi. Bon, quelques années plus tard, nous nous sommes séparés, l’histoire étant simplement arrivée à son terme, mais c’était une belle histoire vécue d’abord en tant qu’adolescente et puis en adulte. Elle m’a beaucoup appris 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s