Chronique | La couleur du mensonge, tome 1 – Erin Beaty

la couleur du mensonge

RésuméSage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s’en sortir ? Épouser un beau parti. Elle se présente donc chez une entremetteuse – l’une de ces femmes chargées d’évaluer le potentiel des candidats au mariage, et dont les décisions font et défont les fortunes d’une famille, voire d’un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, la jeune fille échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l’observation, la marieuse lui propose toutefois de devenir apprentie.

Sage s’embarque donc dans un périple vers la capitale pour assister au Concordium – là où, tous les cinq ans, se décident les unions les plus importantes – avec un groupe de jeunes filles triées sur le volet. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d’élite qui ne tarde pas à réaliser qu’ils sont tous sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin prépare une invasion et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l’un des membres de la troupe sollicite alors l’aide de Sage. Mais plus elle avance dans ses recherches plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu… à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle…


Mon avis: À force de me faire de l’oeil dans ma PAL, je me suis dit qu’il était grand temps de sortir cette beauté de ma bibliothèque. Je n’avais aucune attente sur cette lecture, sinon une découverte totale. Et j’ai été…plutôt surprise !

La couleur du mensonge ou le récit d’une jeune fille partie simplement faire son travail et qui se retrouve au milieu d’une guerre qu’elle n’a pas voulu.

L’histoire de Sage n’est pas si unique en son genre, mais cette jeune fille, elle, est sacrément unique. Ne venant pas d’une famille noble, Sage doit se plier aux règles: il est grand temps pour elle de se marier. Sa famille fait appelle à la plus grande marieuse du coin. Mais Sage n’est pas bonne à marier. Clairement, elle ne sait pas tenir sa langue dans sa poche et c’est bien là tout le problème. Son franc parlé lui vaut les reproches de ses comparses. Et le jour de la rencontre avec la marieuse, c’est tout son avenir qui va changer. Car Sage ne va pas se marier. Loin de là même. Elle va devenir apprentie entremetteuse. Une situation à laquelle elle ne s’attendait pas une seule seconde. C’est alors que commence la grande aventure pour Sage. En sillonnant les routes de son pays, elle va faire de belles rencontres. Notamment avec les gardes qui la protège durant son trajet. Elle va rapidement tisser des liens avec eux, et en particulier avec Ash. Il est mystérieux, mais toujours adorable avec elle.

Commence alors une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas. Parce que Sage découvre un univers qui lui était, jusque là, totalement inconnu. Un univers où mensonges et complots sont les maîtres mots des personnes prenant part à cette aventure une peu spéciale. Sage va découvrir, malgré elle, qu’elle ne doit faire confiance a personne. Pas même aux personnes qu’elle aime. Et c’est à ce moment qu’on découvre une autre Sage, une jeune fille à la forte tête et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Une vraie warrior !

L’univers de La couleur du mensonge est aussi unique qu’enivrant. On plonge dans une un univers historique, inspiré des temps médiévaux. C’est hypnotisant en tout point. Le maître mot de l’histoire: mensonge (non sans déconner ???!!) Et si je dis ça avec beaucoup d’ironie, c’est parce que c’est exactement le sujet principal du roman. Chaque personnage a son secret, mais chaque personnage, à sa façon, va mentir au moins une fois. De petites choses cachées, mais aussi des faits très graves. Complots politiques et compagnie. On ne s’attend pas vraiment à ça en commençant, malgré un résumé plutôt très détaillé.

La couleur du mensonge est un bon premier tome. Un page turner qui vous embarque dans une histoire unique et intrigante. Mais je reste assez mitigé pour ce premier tome. Malgré des chapitres extrêmement courts et un texte ultra fluide, j’ai eu un peu de mal avec le début qui est beaucoup trop rapide et parfois brouillon. Erin Beaty nous livre la un premier tome qui commence en douceur, avec des secrets et des manipulations à gogo. Malgré tout, j’ai très hâte de lire la suite parce que je me pose encore tout un tas de questions sur certains personnages, et j’espère avoir des réponses dans le prochain tome.

4 commentaires sur « Chronique | La couleur du mensonge, tome 1 – Erin Beaty »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s