Chronique | L’insaisissable logique de ma vie – Benjamin Alire Saenz

enlight181
Auteur: Benjamin Alire Saenz /Editeur: PKJ /Prix: 17,90€ & 12,99€ / Sortie le 16.08.2018 /503pages /Jeunesse

Résumé: Sal mène une vie paisible et sans histoires, dans une famille moitié mexicaine, moitié américaine. Mais tout bascule le jour de sa rentrée en terminale. Pour défendre l’honneur de son père adoptif, il sort les poings et frappe. Surprise, colère, satisfaction, culpabilité se bousculent dans la tête du jeune homme, qui se met à douter de tout, même de sa propre identité. Alors, avec l’aide de Sam, sa meilleure amie, et de son père, Sal va tenter de comprendre l’insaisissable logique de sa vie.


Mon avis: J’écris cette chronique à chaud. Avec les larmes coulantes encore le long de mes joues (coucou la drama queen !). Aujourd’hui je m’en vais vous parler d’un roman que j’ai adoré. Et oui ! Parce que dans la vie, il y a des romans qu’on aurait voulu avoir lus plus tôt. Des romans qui vous donnent envie de découvrir le monde. Des romans qui vous poussent à devenir celle ou celui qu’on a toujours voulu être. Celui-ci en fait parti. Et c’est une pépite.

Benjamin Alire Saenz est de retour. Enfin ! Et avec L’insaisissable logique de ma vie, il nous plonge dans le quotidien d’un adolescent en plein questionnement sur lui et sur la vie. L’histoire est assez simple en soit. C’est celle du jeune Salvador qui a toujours eu tout ce qu’il voulait. Qui n’a jamais manqué de rien. Hormis d’une mère, partie beaucoup trop tôt. Heureusement, son père est présent. Très présent. Et son père, c’est sa vie. Toute sa vie. D’ailleurs, Salvador aime la vie autant qu’il l’a déteste. Il a une relation douce-amère avec elle. Mais Salvador vit avant tout pour les autres ET avec les autres. Sa meilleure amie d’enfance, Samantha, est son alter-ego. Les deux ados se complètent, avancent ensemble, main dans la main, et sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Le roman commence le jour de la rentrée. Joie intense, excitation pour cette dernière année de lycée. Jusqu’à ce qu’un élève lance une insulte à Salvador. Enfin non, pas vraiment à Salvador. En réalité, pour le père de celui-ci. « Pédé » qu’il dit. Et ça, c’était le mot de trop. Salvador frappe. Lui, le jeune homme sans histoire ayant un peu peur de tout. Il frappe et il se sent un peu vivant. Parce qu’il a l’impression, le temps d’un coup de poing, d’être une autre personne. C’est alors que va commencer un long processus de questionnement envers lui-même. Et s’il était comme son père biologique ? Et s’il n’avait pas été adopté par son père actuel ? Et si…Et si… ? Mais « avec des si on refait le monde » comme qui dirait. 

« Les mots n’existent qu’en théorie. Et un jour, on tombe nez à nez avec un mot pour de vrai. Et alors, ce mot devient une personne que l’on connaît. Ce mot devient une personne que l’on déteste. Et on emporte ce mot avec soi, où qu’on aille. E on ne peut pas faire comme s’il n’existait pas.

« Funérailles »

« Pédé. » »

Dans ce roman, il y a aussi des rencontres. Uniques. Et marquantes. Il y a, notamment, cette rencontre sur un banc avec le jeune Fito. C’est alors que va se former le trio de choc. Ensemble, face à la vie, Salvador, Samantha et Fito sont invincibles. Ils avancent la tête haute. Mais parfois, la vie est clairement pourrie. Elle en décide autrement. Elle vous brise en morceaux sans prévenir. Elle vous broie de l’intérieur. Et en un instant, elle vous plonge dans le noir, elle vous met face à vos pires cauchemars. 

L’insaisissable logique de ma vie est un roman qui m’a ému. Une histoire qui m’a pris aux tripes et qui m’a fait me sentir un peu vivante aussi. Dès les premières lignes, j’ai su que Salvador serait un personnage marquant. Benjamin Alire Saenz a réussi à le rendre si réaliste que ça en devient perturbant par moments. Les mots de Salvador, mais aussi de son père, de ses amis et surtout ceux de sa grand-mère, Mima, sont percutants et plein de bon sens. Si l’auteur aborde des thèmes importants comme la famille, l’homosexualité, les remises en questions, l’amour, le deuil, les mensonges et les soucis, il aborde aussi un sujet parfois trop peu abordé dans les romans jeunesse: les mères. Celles qui sont là, celles qui sont absentes. Celles qui abusent, celles qui sont dures. Celles qui font mal,  celles qui disparaissent. Et celles qui laissent un trou béant au milieu de la poitrine. Ce roman, c’est encore plus qu’un coup de coeur. C’est celui d’une vie ! 

coup de coeur

3 commentaires sur « Chronique | L’insaisissable logique de ma vie – Benjamin Alire Saenz »

  1. Ce roman a l’air très touchant et très fort. J’avais beaucoup aimé Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers ! Je ne savais pas qu’il avait écrit un nouveau roman, du coup je suis vraiment contente de l’avoir découvert via ta chronique.

    Aimé par 1 personne

Répondre à tampopo24 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s