Chronique | Le prisonnier écossais – Diana Gabaldon

Auteure: Diana Gabaldon/Editeur: J’ai Lu/Sortie: 17.04.2017/Prix:10,90€/542 pages/Historique

RésuméLake District, Angleterre, 1760. L’Écossais Jamie Fraser vivrait presque une existence paisible, depuis sa libération conditionnelle, si le souvenir de Claire, sa femme disparue, ne venait le hanter chaque nuit… et si un ancien camarade de rébellion, Quinn, ne s’était mis en tête de le rallier encore une fois à sa cause contre les Anglais. Mais Jamie s’est juré de ne plus jamais se mêler de politique.

Londres, la même année. L’Anglais Lord John Grey, aristocrate, soldat et espion, se retrouve en possession de documents révélant une affaire de corruption au sein de l’armée britannique. Pire, une lettre, écrite en gaélique, laisse entrevoir une menace bien plus effrayante : une nouvelle insurrection. Grey n’a pas d’autre choix que de convoquer Jamie, malgré leurs différends passés, pour qu’il lui traduise la missive.

Bientôt, les deux hommes arpentent les périlleuses routes d’Irlande sur les pas d’un officier qui serait la clé d’un vaste complot…


Mon avis: Comme je l’expliquais sur Instagram il y a quelques temps, j’ai abandonnée ma lecture du cinquième tome de Outlander. Etant une grande frustrée lorsque ce genre de chose m’arrive, j’ai décidé de ne pas réellement quitter l’univers de Diana Gabaldon et de me plonger dans autre chose. Notamment dans le tomes compagnon de la saga. Et je me suis enfin lancée dans la lecture d’un de ces tomes compagnon : Le prisonnier écossais.

Dans ce tome, on suit les aventures de Lord John Grey et de Jamie Fraser. L’action se passe au milieu du troisième tome de la saga. Ensemble, ils vont, malgré eux, devoir se serrer les coudes pour pouvoir faire face à tout un tas d’aventures qui vont les mener bien plus loin qu’ils ne l’auraient cru.

Retrouver John Grey et son côté british un peu coincée m’a fait sourire dès le début. On le découvre sous un nouveau jour dans ce tome-ci je trouve. On découvre un John Grey plus nerveux. Et ce qui m’a également fait apprécier ce roman c’est le fait qu’on en découvre un tout petit peu plus sur sa famille, son passé et ses états d’âme. Lorsqu’il apprend qu’il va devoir travailler aux côtés de Jamie, c’est hilarant je trouve. Il ne sait pas réellement comment réagir face à cette annonce et tout le long de l’histoire, on sent un John Grey tendu et un peu frustré d’avoir Jamie à ses côtés. En même temps, quand votre crush du moment doit travailler avec vous sur une mission secrète, ça peut se comprendre. Au fil du temps, les deux hommes s’entendent de mieux en mieux, au point devenir plus proches qu’ils ne l’auraient pensé.

« La fureur des cieux n’est rien comparée à l’amour mué en haine, et les enfers ne recèlent pire furie que la femme bafouée… »

Et forcément, dans ce tome, Jamie n’ayant pas retrouvé Claire (rappelez vous que l’action se passe au milieu du troisième tome de Outlander et que Claire n’est pas de retour dans le passé), il vit constamment dans la frustration et la tristesse. Il a dû s’habituer à une vie de prisonnier, à une vie d’homme dont la tête est encore mise à prix et à la vie d’un homme sans la femme de sa vie. Bref, Jamie n’est pas tout le temps de bon humeur et on peut dire un pue au revoir au Jamie tout guilleret. D’ailleurs, même si Jamie fait parti intégrante de l’histoire dans ce tome, j’ai préféré les moments centrés sur John Grey. Parce que c’est un personnage qui mérite l’attention du monde entier (oui j’ai un énorme crush sur Lord John Grey!!!!)

Le prisonnier écossais est un tome compagnon qui m’a redonné le goût pour la saga Outlander. Si j’avais perdu un peu la motivation pour continuer les aventures de Claire et Jamie, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce tome puisqu’on en découvre un peu plus sur tout un tas d’éléments cité dans le troisième et même quatrième tome. Et puis retrouver John Grey et Jamie, quoi de mieux ? Si vous êtes fan de la saga et que, comme moi, vous êtes bloqué depuis plusieurs mois dans la lecture d’un des tomes de Outlander, n’hésitez pas à lire ce tome-ci. Outre le fait d’y apprendre des choses, on redécouvre Jamie et on découvre un John Grey différent.

5

Un commentaire sur « Chronique | Le prisonnier écossais – Diana Gabaldon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s