Chronique | La Servante Écarlate – Margaret Atwood

couv48373886Titre:  La Servante Écarlate

Auteur: Margaret Atwood

Editeur: Robert Laffont, collection « pavillons poche »

Prix: 11,50€*

Parution: 8 juin 2017

Nombre de pages: 522

Genre: Science-Fiction

Résumé: Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.


Mon avis: Après des mois à entendre parler partout, je me suis enfin lancée dans la lecture du roman qui a fait beaucoup parler de lui à sa sortie…dans les années 80. Le roman très populaire de Margaret Atwood est une pépite (et je pèse mes mots !)

La Servante Ecarlate raconte l’histoire d’une société américaine du futur suivant à la lettre les textes bibliques écrits il y a de ça des milliers d’années. Les femmes sont réduites à être des esclave sexuels et/ou à vivre une vie sans histoire, sans âme au fin fond de leur demeure. Dans cet Amérique du futur, les Servantes sont ces esclaves. leur rôle ? Celui d’être les génitrices d’une future population. Parmi ces Servantes, nous suivons Offred. Elle raconte sa vie nouvelle, mais aussi ses souvenirs et tout ce qui peut encore lui permettre de s’attacher à sa vie d’avant.

En commençant le roman, on découvre le personnage d’Offred. Cette toute nouvelle Servante fraîchement arrivée chez les Waterford va permettre à la famille d’avoir un peu de vie dans cette maison morose. Son habit rouge et son chapeau blanc la distingue des autres. Elle est silencieuse, sans histoire et discrète. La panoplie parfaite de la Servante. Mais avant d’être Servante, Offred s’appelait June. En devenant Servante elle a perdue son identité et tout ce qui la composé en tant que citoyenne américaine. Notamment sa famille. Devenir Servante n’était pas un choix. Loin de là et c’est ce qui va rendre l’histoire encore plus terrible. Offred n’a jamais voulu devenir Servante. On l’a forcé. Elle a dû abandonner sa vie et a tout perdu. Littéralement. On l’a forcé à devenir une personne qu’elle déteste. Alors Offred va nous raconter sa vie actuelle. Cette vie dont elle ne voulait pas, mais dont elle est obligé de subir. Cette vie qui la détruit à petit feu. Cette vie faite de viols constant, de violence et de mots plus blessants les uns que les autres. Si elle est réduite au rang d’esclave sexuelle, sa vie est aussi réduite à néant en ne devant pas fréquenter les personnes qui l’entoure. Mais Offred est avant tout humaine et c’est ce qui va rapidement la distinguer des autres. Le récit d’Offred m’a pris aux tripes dès les premières lignes. C’est à la fois violent et terriblement réaliste. On se sent oppressé, délaissé, comme Offred. Mais en terminant le roman, je n’avais envie que d’une seule chose: découvrir June et sa vie.

 

Dans monde uniquement dirigé par les hommes, la Servante Ecarlate nous montre ce que pourrait être un futur basé sur les principes des textes bibliques. Retour en arrière. Des milliers d’années en arrière même. Là où la femme n’est qu’un objet et où l’homme règne en maître sur le monde. En y réfléchissant bien, il n’y pas tellement de différence avec notre monde actuel. La femme est toujours considéré comme un être inférieur (je vous vois déjà hausser vos sourcils, mais…n’est-ce pas la vérité ?) et je ne vous parle même pas des conditions. Dans certains pays, il se passe exactement ce qui se passe dans ce roman et ça peut faire peur. En achetant ce livre, il y avait un bandeau où il était marqué « le roman qui fait trembler l’Amérique de Trump« . Et après moultes et moultes réflexions, oui ce roman peut faire largement trembler l’Amérique de Trump. Parce qu’en découvrant comment les hommes se comportent dans cette histoire, on pourrait presque y voir de nombreux points communs avec l’actuel chef d’état des Etats-Unis. C’est terrifiant et pour tout vous avouer, ça fait froid dans le dos. J’ai, par moment, eu envie de crier tellement les personnages masculins poussent à bouts sans qu’il n’y est la moindre réponse en fasse. Car voilà ce que sont devenus les femmes dans cette société du futur: muettes. Fini le temps de la rébellion, place à l’acquiescement constant et aux faux sourires plaqués sur des visages sans expressions.

La Servante Ecarlate est une dystopie tellement réaliste qu’elle vous met une claque dès les premières lignes. On hallucine, on s’arrache les cheveux, on en a le souffle coupé. Le plus hallucinant dans tout ça, c’est de réaliser que le roman est sorti il y a plus de trente ans et qu’il pourrait limite être d’actualité en voyant l’état actuel des Etats-Unis. C’est impressionnant à quel point Atwood était visionnaire. De son temps, elle écrivait un roman dystopique racontant des faits pouvant quasiment exister trente années plus tard.  En lisant ce livre, on penser bien évidemment à 1984, le roman d’Orwell qui a fait trembler le monde entier il y a une soixantaine d’années. En bref, La Servante Ecarlate est un livre à lire et à relire pour comprendre le monde d’aujourd’hui et changer le monde de demain.

Note

IMG_3495

Les liens marqués par * sont affiliés, ce qui signifie que je touche une petite commission (de l’ordre de 5%) pour tout achat effectué via ce lien. Le prix de vente ne change pas et vous n’êtes, bien sûr, pas obligés de les utiliser. En revanche, si vous les utiliser, je vous remercie pour votre soutien 😉

3 commentaires sur « Chronique | La Servante Écarlate – Margaret Atwood »

  1. Je l’ai lu il y a quelques mois et ce livre m’a boulersé. Il m’a énormément fait réfléchir sur la condition de la femme et j’ai trouvé ça effrayant que, bien que le livre soit écrit dans les années 80, il est toujours autant d’actualité. Je n’ai pas encore vu la série mais elle est au programme.

    Aimé par 1 personne

  2. ça fait plaisir de lire une chronique aussi inspirée que complète sur ce magnifique roman. Il est tellement d’actualité bien qu’il ait été écrit il y a des dizaines d’années maintenant, ça en est terrifiant. Un roman féministe qu’on devrait faire lire aux élèves au lycée, je trouve… La lecture de ce genre de roman, surtout sur la condition des femmes, est tellement importante ! Je suis bien contente que ma meilleure amie aie craqué pour ce roman cet après-midi eheh.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s