Chronique | Le Destin d’Orïsha, tome 1 : De Sang et de Rage

Auteure: Tomi Adeyemi/Editeur: Nathan/Sortie: 02.05.2019/Prix:18,95€/560 pages/Jeunesse-Fantasy

Résumé: Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer.

Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s’élance dans une quête périlleuse…


Mon avis: Cette chronique n’était pas prévue. Pas du tout même. Parce que si vous me suivez sur Instagram, vous savez que j’ai été totalement perturbée par ce livre. Non pas que je sois traumatisée, loin de là même, mais parce que j’étais incapable de dire quoi que ce soit à son sujet. Aujourd’hui, j’ai l’impression de me sentir enfin prête à vous en parler (ne vous attendez pas à une note, il n’y en aura pas ! )

De sang et de rage c’est l’histoire d’un univers loin du nôtre, mais pourtant si proche quand on y découvre la violence qu’il y règne.

Des personnages féminins courageuses et aussi forte que Zélie j’en ai lu. Certes. Mais très peu. Très peu ont le niveau de Zélie. Très peu arrivent à la cheville de Zélie. Très peu ont réussi à me donner envie d’être autant applaudi. Parce que Zélie est une warrior. Une vraie queen. Une fille qui en a une sacrée paire, croyez-moi. Et le plus impressionnant dans tout ça c’est que l’histoire ne repose pas entièrement sur elle. Zélie est une adolescente vivant avec sa grand-mère, son père et son frère. Elle mène une vie assez normale. Elle doit faire tout ce qu’on lui dit au risque de se faire trancher la gorge. Jusqu’au jour où Zélie doit fuir pour ne pas se faire tuer. Parce que Zélie n’est pas comme Zélie. Elle est unique en son genre. Et par-dessus tout : elle effraie les hommes les plus puissants de ce monde violent qu’est le sien. Et puis il y a ce jour où Zélie se retrouve, malgré elle, au milieu d’une histoire familiale qui pourrait bien lui coûter la vie. Elle croise la route d’Amari, fille du roi et actuellement menacée de mort par celui-ci. Va alors commencer une course contre la montre pour survivre et partir loin. S’enfuir n’est plus que le maître mot de Zélie. Elle court. Elle crie. Elle se met à détester la vie. Mais elle s’accroche malgré tout. Elle est plus forte que tout. Et quand des choses assez horribles vont lui arriver, elle va garder la tête haute. Malgré le traumatisme. Malgré la violence. Malgré son corps qui lui dit être au bord de l’implosion. Zélie m’a impressionné par bien des façons. Je pourrai très certainement vous parler d’elle encore longtemps, mais j’ai autre chose à faire haha

« Je ne souhaitais que la paix, mais les dieux semblent en avoir décidé autrement. »

Autre personnage marquant de ce roman : Amari. Je l’ai autant adoré que détesté. Elle est adorable, mignonne, mais également détestable et too much par moments. Elle est très différente de Zélie. Et pourtant j’ai trouvé qu’elles se ressemblaient sur tout un tas de points. Amari va devoir fuir, renier qui elle est. Et croyez-moi, ça vous brise le cœur en mille morceaux. Elle est l’autre personnage féminin principal de cette histoire et elle a autant d’importance que Zélie. Parce qu’elle est aussi unique en son genre et qu’elle va devoir se battre, à sa manière, pour montrer ce qu’elle vaut réellement.

L’univers de ce roman repose principalement sur la fantasy et tout ce qui en découle. Comme je vous disais au début de cette chronique, c’est très violent par moment. Parfois même insoutenable. Dommage qu’il n’y ait pas de Trigger Warning d’ailleurs. Outre, on a une petite pointe de roman qui ne cache pas l’histoire et AMEN ! Ça fait du bien qu’on ne tombe pas dans quelque chose de cul-cul la praline comme on peut lire par moment dans certains romans de fantasy YA.

De sang et de rage est LE livre à livre si vous aimez les héroïnes qui en ont une sacrée paire, qui n’ont pas froid aux yeux et qui ont des pouvoirs qui pourraient vous détruire en mille morceaux. Tomi Adeyemi a réussi à créer un univers aussi puissant qu’effrayant. A l’heure où j’écris ces quelques lignes, cela fait presque 2 mois que je l’ai lu. Et je peux désormais dire que je l’ai plus qu’aimé. Je l’ai adoré. Mais il m’a fallu énormément de temps pour réfléchir à tout ce qui n’allait pas et tout ce qui m’avait plu. Bref, lisez-le. Ce n’est peut-être pas LE livre de l’année, mais c’est une pépite malgré lui.

 

Un commentaire sur « Chronique | Le Destin d’Orïsha, tome 1 : De Sang et de Rage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s