Kim Jiyoung, née en 1982 – Cho Namjoo

Résumé: Kim Jiyoung est une femme ordinaire, affublée d’un prénom commun – le plus donné en Corée du Sud en 1982, l’année de sa naissance. Elle vit à Séoul avec son mari, de trois ans son aîné, et leur petite fille. Elle a un travail qu’elle aime mais qu’il lui faut quitter pour élever son enfant. Et puis, un jour, elle commence à parler avec la voix d’autres femmes. Que peut-il bien lui être arrivé ?


Mon avis: Depuis le temps que ce roman me faisait de l’œil, je peux enfin remercier les éditions Nil et Netgalley pour cette lecture qui m’a beaucoup appris.

Kim Jiyoung est une coréenne banale. Elle est mariée, a un travail, un enfant, une vie et un quotidien que des millions de femmes ont dans le monde. Jusqu’au jour où Jiyoung change. Elle se met à entrer dans la peau de différentes femmes. Une vieille dame, une amie de longue date de son mari, une jeune adolescente un peu rebelle. Jiyoung n’est plus la même. Et pour savoir d’où cela vient, on remonte le temps avec elle.

Cho Namjoo nous conte alors la vie de Jiyoung. Cette femme vient d’un milieu banal. Une vie banale. Un métier banal. Tout est banal dans la vie de Jiyoung. Ou alors…pas si banal. Parce que c’est de la vie d’une femme dont on nous parle. Parce que, malgré la mentalité encore trop enfermée des coréens, mais aussi du monde, Jiyoung a su faire face aux critiques et aux avis parfois négatifs sur ses choix et sa vie. Lorsqu’on la découvre au fil du temps, on apprend pourquoi elle est comme ça. Pourquoi cette femme, née dans les années 80, marche la tête haute dans la rue et n’a pas froid aux yeux. Elle n’a pas peur du regard des autres sur elle. Elle est forte. C’est une guerrière qui sait qu’elle veut et peut tout réussir si elle croit en elle. Et au milieu d’un pays ultra patriacal, quoi de mieux que de se jouer des autres ?

« Si nous ne sommes pas assez intelligentes, c’est un problème, si nous le sommes trop, c’est encore un problème, et avec tout ça si nous sommes moyennes nous allons entendre que c’est un problème d’être moyennes ? »

Kim Jiyoung, née en 1982 est un roman sur les conditions d’hier et d’aujourd’hui des femmes en Corée du Sud. C’est un roman féministe sur le questionnement éternel d’être une femme. Si l’autrice parle ici spécifiquement de son pays, la Corée du Sud, on peut bien évidemment comprendre que c’est aussi une référence au mouvement #MeToo. Car ces réflexions quotidiennes que se prend Jiyoung chaque jour, nous femmes blanches européennes, nous subissons la même chose. J’espère qu’en lisant ce roman vous saurez, comme Jiyoung, qu’il faut parfois se faire entendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s