Chronique | Holding up the Universe – Jennifer Niven

couv10598517Titre: Holding up the Universe

Auteur: Jennifer Niven

Editeur: Penguin Books

Prix: 8,76€*

Parution: 5 mai 2016

Nombre de pages: 432

Genre: Young Adult

Résumé: Tout le monde pense qu’ils connaissent Libby Strout, la fille qui a été nommé « l’adolescente la plus grosse d’Amérique ». Mais jamais personne n’a pris le temps de regarder par dessus son poids pour savoir qui elle est réellement. Après la mort de sa mère, elle a pris est restée enfermée, essayant de vivre avec le coeur brisé de son père et son propre chagrin. Maintenant, Libby est prête: pour le lycée, pour des nouveaux amis, pour l’amour et pour toutes les possibilités que la vie peut lui offrir.

Tout le monde pense qu’ils connaissent aussi Jack Masselin. Oui il est classe, mais il est aussi incapable de donner au gens ce qu’ils veulent. Ce que personne ne sait c’est que Jack a un lourd secret. Il ne peut pas retenir les visages qui l’entourent. Même ses propres frères sont des étrangers pour lui. Il est le garçon qui peut reconstruire toutes les vieilles choses en nouvelles et surtout, de manière impressionnante, mais il ne peut pas comprendre ce qui arrive à son cerveau. Alors il se dit de la jouer cool: être charmant, être marrant, ne pas trop être trop proche des gens. Jusqu’à ce qu’il rencontre Libby à la suite d’un jeu cruel au lycée. Libby et Jack sont d’abord dépités, puis surpris…Parce que, plus ils passent leur temps ensemble, moins ils se sentent seuls…Parce que parfois, lorsque vous rencontrez quelqu’un, ça change le monde entier, le leur et surtout le vôtre.


Mon avis: Le week-end dernier, alors qu’il pleuvait à plein temps, que le froid était de retour et la déprime aussi, j’ai lu le nouveau roman de Jennifer Niven (Tout nos jours parfaits) que j’avais dans ma PAL depuis…novembre dernier.

Holding up the Universe raconte l’histoire de deux adolescents que tout oppose. Libby n’a rien de parfait dans sa vie : il y a quelques années elle a été élue « Adolescente américaine la plus grosse du pays » et pour couronner le tout, sa mère décédée. Elle est loin de l’image toute lisse de Jack. Ce beau gosse est intelligent, drôle, presque parfait. Presque parfait, mais loin de l’être puisque cet adolescent ne se rappel jamais de personnes. Il oublie les visages des personnes qui l’entourent. À cause d’un jeu débile, Libby et Strout vont se rencontrer. Ils vont détester et aussi étonnant que cela puisse paraitre, ils vont s’apprécier. Au grand désarroi des personnes qui les entourent.

Libby est une adolescente adorable. Toujours présente pour son père, elle fait tout pour l’aider depuis la mort subite de sa mère. Mais Libby a un problème énorme : en plus d’être obèse, elle décide de prendre sa vie en main et d’aller au lycée pour passer ses examens avant d’entrer à l’université. Une décision qui risque de changer son quotidien à jamais. En arrivant au lycée, ce sont d’abord les regards qu’elle doit subir. Insistants, dégoutés, détaillants son physique de la tête aux pieds. Et puis il y a les brimades. Les réflexions toutes plus affreuses les unes que les autres. Quand on a été élu « Adolescente américaine la plus grosse », évidement on ne passe pas inaperçu, mais ce qui est pire que tout ce sont les jeux auxquels s’adonnent ses camarades. Horribles, dégoutants et humiliants. Et c’est au cours d’un de ses jeux qu’elle fait la rencontre de Jack. Le beau jack. Le parfait jack. Celui qui va d’abord la dégouter, va rapidement devenir un ami et puis…un peu plus qu’un ami. Jack va lui redonner confiance en elle. Grâce à ses mots, ses actes. Libby va se sentir vivre à nouveau. Et libre. Libre d’elle enfin elle-même. J’ai adoré le personnage de Libby. Elle n’a pas sa langue dans la poche et c’est aussi ce qui fait tout le charme de ce personnage. Je trouve qu’elle devrait être le modèle de toute une génération. Elle est l’image d’une adolescente courageuse et qui se découvre au final être mieux dans sa peau qu’elle n’y parait.

Et puis il y a Jack. Le garçon presque parfait. Jack peut paraître parfait aux yeux du monde entier et pourtant il cache un lourd secret. Il est atteint de prosopagnosie (un trouble de la reconnaissance des visages) et son quotidien est un enfer. Si devant toutes les personnes qui l’entourent il est lui-même, il est pourtant incapable de se souvenir qui elles sont. Sa rencontre va Libby va être le départ du renouveau dans sa vie. Parce qu’elle va soutenir, le pousser à être lui-même, à découvrir ce qui se passe dans sa tête. Libby va être, malgré elle, un soutient immense à Jack et c’est alors le début d’une belle histoire.

Holding up the Universe est une jolie histoire pas toujours toute rose, pas toujours marrante, mais impressionnante par la simplicité de ses personnages et l’amour immense qui en ressort. Jennifer Niven nous livre là une histoire plein de sincérité et jolie. Peut-être un peu trop utopique part moment, j’ai pourtant adoré ce roman. Libby est courageuse, Jack est attachant. Deux adolescents que tout oppose et qui pourtant vont être bien plus proche qu’ils ne le pensaient. Un vrai délice à découvrir.

 

Note

IMG_3495

Les liens marqués par * sont affiliés, ce qui signifie que je touche une petite commission (de l’ordre de 5%) pour tout achat effectué via ce lien. Le prix de vente ne change pas et vous n’êtes, bien sûr, pas obligés de les utiliser. En revanche, si vous les utiliser, je vous remercie pour votre soutien 😉

4 commentaires sur « Chronique | Holding up the Universe – Jennifer Niven »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s