Les Possibles – Virginie Grimaldi

Résumé: Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé  connaît quelques turbulences.
Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute  du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses affaires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de son père s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence  : il déraille.
Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas finie, il est encore l’heure de tous les possibles.


Mon avis: On y est. Enfin. Le tant attendu nouveau roman de Queen Virginie Grimaldi est sorti. C’était LE livre que j’attendais en 2020. Lu en à peine 2h30, je l’ai dévoré. Et j’écris cette chronique à chaud parce qu’il faut. Parce que ce livre mérite d’être lu !

Les Possibles c’est l’histoire de Julianne et de son père Jean. C’est l’histoire d’un père fantasque. C’est l’histoire d’une perte de mémoire. C’est l’histoire d’une maladie qui vous dévore petit à petit. C’est surtout l’histoire d’un amour que personne ne pourra jamais comprendre. Julianne est une épouse et une mère de famille qui passe son temps à s’inquiéter pour les autres. Elle n’a pas vraiment de temps pour elle. Comme des millions de femmes, elle a une charge mentale énorme. Comme des millions de femmes, elle n’a pas une relation exceptionnelle avec son père , ni même avec sa mère et pourtant. Et pourtant, elle va devoir le prendre sous son aile. Parce que Jean a changé. Parce que Jean n’est plus le même depuis quelques mois. Il est pourtant toujours un peu « foufou ». Il n’a pas sa langue dans la poche et n’a pas froid aux yeux non plus. Il est unique en son genre. Lui et son crâne chauve. Lui et sa passion pour les indiens. Et puis il y a cet instant, ce moment où Julianne découvre que plus rien ne sera jamais comme avant. Qu’elle n’aura plus jamais le même père qu’auparavant.

« On reste un long moment face au plafond, tête contre tête, cœur contre cœur, à penser à celui qui colore notre passé. Mes larmes ruissellent jusque dans mes oreilles. J’éprouve un sentiment que je ne pensais pas possible. Mon père me manque alors qu’il est encore là »

Jean est malade. Jean déraille. Jean perd la tête. A force de remise en question et de recherche, Julianne découvre que son père a peut-être Alzheimer. Une forme minime de la maladie. Et pourtant, elle est bien là. Elle dévore petit à petit Jean. Elle lui fait perdre la mémoire. Elle lui fait voler des choses. Elle lui fait causer des accidents. Elle lui fait se poser encore et toujours les mêmes questions. « Où est ma carte vitale ? ». Dit comme ça, c’est drôle. Mais pour Jean, pour Julianne, pour leurs proches, ça l’est beaucoup moins. Alzheimer n’est pas une simple maladie où l’on perd la mémoire. On se perd soi-même. Jean va devoir dire, malgré lui, adieu à une partie de ses souvenirs. Mais comme le dit très bien Charlie, le fils de Julianne « C’est pas grave si papy il perd ses souvenirs, parce que nous on les a encore. » Et c’est tout cet amour qui va permettre à Julianne d’avoir un peu d’espoir et qui va lui permettre de tenir le coup face à un père qui se perd.

Les Possibles est un roman poignant sur l’amour paternel. C’est l’histoire de vies qui doivent faire face au pire. C’est le récit d’une fille et de son père qui vont tout faire pour se trouver. Virginie Grimaldi nous plonge encore une fois dans une histoire familiale poignante. C’est beau. C’est doux et pourtant parfois violent. Les mots de Julianne à son père sont d’une beauté unique et intime à la fois. Jean est un personnage attachant comme j’en ai rarement lu. Aborder la maladie d’Alzheimer de la manière la plus fidèle qui soit est, à mes yeux, un vrai défi. Et Virginie Grimaldi l’a fait avec beaucoup de justesse. Les Possibles c’est l’histoire d’une famille qui a appris à se construire sur le tard pour mieux se créer des souvenirs.  

2 commentaires sur « Les Possibles – Virginie Grimaldi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s